Sections Européennes en France

Echanges sur les sections européennes(Content and Language Integrated Learning)
Tous les CLIL possibles (prioritairement en anglais mais autres LV bienvenues ...suivant demande et implication des membres actifs)

 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le statut sociolinguistique du professeur de DNL

Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent Parbelle
Langue bien pendue
Langue bien pendue
Vincent Parbelle

Nombre de messages : 56
Localisation : Lyon, Lycée La Martinière Monplaisir
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Lun 2 Fév 2009 - 5:30

Le dernier numéro de Le français dans le monde (jan-fév 2009, n°361) parle de nous !
http://www.fdlm.org/fle/article/361/Causa.php

Le point de vue est intéressant et devrait motiver les collègues qui hésitent à passer l'épreuve de certification complémentaire car ils se sentent trop loin du niveau d'un locuteur natif.

L'introduction de l'article :
Citation :
Le professeur de discipline dite non linguistique (DNL) n’est généralement pas un « natif » : il n’a pas forcément une maitrise très poussée de la langue étrangère dans laquelle il enseigne. Ce statut sociolinguistique est paradoxalement à l’origine des bons résultats de ce dispositif d’enseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nautica
Bavard


Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Sam 7 Fév 2009 - 19:56

L'article précise que dans ce cas (de "non" maîtrise), il est tout de même nécessaire de préparer tous ses cours avec le prof de langue. Je rappelle que ni le prof de langue ni le prof de DNL ne touchent de prime pour ce surcroît de travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phys-chim
Langue bien pendue
Langue bien pendue
phys-chim

Nombre de messages : 640
Age : 68
Localisation : (Oullins 69600)
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Lun 9 Fév 2009 - 15:13

Nautica a écrit:
L'article précise que dans ce cas (de "non" maîtrise), il est tout de même nécessaire de préparer tous ses cours avec le prof de langue.
Cela fait partie de nombreux voeux pieux que l'on trouve de ci-delà dans la littérature du MEN ou de colloques divers.
C'est clair que plus les capacités d'un prof de DNL en LV progressent ... mieux c'est pour son enseignement.
Mais la collaboration avec les collègues de LV si elle se met en place dans un Etablissement, c'est généralement par affinité personnelle entre deux individus, pas par décret Mr. Green
Dans le cadre plus général d'un FIL de ce forum
http://section-euro.forumactif.com/questions-diverses-sur-les-sections-europeennes-f6/reforme-du-lycee-nouvelles-secondes-et-les-euros-t216.htm
il a été demandé un retour sur l'état de cette collaboration et donc si l'existence d'une "équipe pédagogique" en section euro était une réalité avec réelle intégration du prof de DNL dans l'équipe des collègues de LV. Certes l'échantillon de retour est restreint ... mais on peut quand même dire que c'est plutôt l'exception que la règle.

A partir de là, on peut se poser les questions

- Peut-on arriver à améliorer cela ... et comment ?
- Si on reste isolé dans son Etablissement, quelle alternative peut-on trouver ? (et là les "relations" via les listes de diffusion des collègues de LV et via ce forum peuvent apporter un cadre facilitateur.... sous réserve qu'il y ait du répondant de nos propres collègues de DNL ... ce qui n'est pas prouvé .... - sans verser dans le pessimisme, la mentalité individualiste et consommatrice semble plus répandue en général que l'effort collaboratif et participatif Twisted Evil

Citation :
Je rappelle que ni le prof de langue ni le prof de DNL ne touchent de prime pour ce surcroît de travail...
Oui ... le prof de DNL se lance dans un challenge supplémentaire (à savoir maîtriser suffisamment une LV pour enseigner sa matière dans cette LV) et cela ne lui octroie aucun bonus ni immédiat, ni même en terme d'évolution de carrière (sauf cas individuel, lié au bon vouloir d'un inspecteur mais pas en terme de contrepartie contractuelle).
Pourtant de fait, chacun dans son coin, se construit sa progression et pour cela va à la pêche aux documents, parfois achète sur ses propres deniers des ouvrages, et crée des séquences pédagogiques. Cela est chronovore et énergivore, d'autant que ce n'est qu'une partie de son travail , l'essentiel étant lié à l'enseignement de sa propre matière.
Elaborer une sorte de "cahier de doléances" visant à recenser ce qui pourrait améliorer cela, pourrait permettre de relayer cette demande (et d'autres)
Ainsi il avait été évoqué lors de discussions informelles, la demande d'équivalent d'une heure de décharge pour la 1ère année où on aborde un niveau.
Petit effort institutionnel demandé, en contrepartie d'une bonne publicité que se font les Etablissements en utilisant la section euro comme "carte de visite" auprès de la clientèle, et aussi le Ministère pour se faire "mousser".

Bien sûr le recensement de demandes est une chose, le présenter aux décideurs est une autre étape ... aussi bien auprès d'un Chef d'Etablissement qu'en tant que demande collective auprès du MEN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent Parbelle
Langue bien pendue
Langue bien pendue
Vincent Parbelle

Nombre de messages : 56
Localisation : Lyon, Lycée La Martinière Monplaisir
Date d'inscription : 12/04/2007

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Lun 9 Fév 2009 - 17:44

Préparer tous ses cours avec le professeur de langue ?!

J.M. répond :
Citation :
Cela fait partie de nombreux voeux pieux que l'on trouve de ci-delà dans la littérature du MEN ou de colloques divers.

C'est sûr et je ne vois pas comment une telle exigence est réalisable.
S'il y a "non-maîtrise" au point d'être ainsi tributaire du linguiste, il faut s'abstenir d'enseigner la DNL.

Pour être un peu plus positif, une réflexion sur cette "collaboration" DNL/LV qui recouvre àmha deux réalités distinctes avec un glissement de l'une à l'autre au cours du temps.

Dans les premiers textes, actes de colloques etc. au sujet des sections euro, on avait très peur du "mauvais" niveau linguistique du prof de DNL non natif. Il devait donc recourir à un "expert", le prof de LV pour préparer ses cours, les faire relire, voire inviter le collègue de LV dans sa classe pour corriger ses "fautes". Il s'agissait toujours du mythe du "natif seul apte à maîtriser la langue". Ça parait caricatural, mais on m'a rapporté le cas il y a qq années d'un collègue à qui on a demandé d'enseigner en présence de l'assistante d'allemand qui était là pour corriger ses erreurs !
Aujourd'hui, on fait davantage confiance au collègue de DNL et des études telles que celle que j'ai citée semblent prouver qu'un non-natif non-expert fait "malgré tout" du bon boulot avec les élèves.

En formation aujourd'hui, la collaboration entre DNL et LV s'entend davantage comme une synergie afin que le prof de DNL "ne se tape pas tout le boulot". Nous avons eu récemment à Lille une première journée de formation pour binômes DNL/LV avec des exemples de ce que le collègue de LV peut traiter en classe de langue pour anticiper, renforcer ou compléter le travail du prof de DNL.
L'exemple qui nous a été montré est celui de séquences sur le thème Génétique et Cerveau où la collègue a travaillé sur divers supports, dont la première page du roman Middlesex de G.Eugenides, un article de magazine type Times sur la Gay-attitude chez les béliers (!). Anticipation ou rebrassage du vocabulaire de la DNL (sans être préjudiciable à la préparation des élèves à l'épreuve écrite de TS) sont une aide précieuse pour la DNL, sans parler de la seconde partie de l'épreuve spécifique où l'élève pourra mentionner ce qu'il a appris d'autre sur la génétique via la littérature ou les magazines.

La difficulté est que les linguistes qui enseignent en section euro n'ont pas toujours d'idée claire de ce qu'est la DNL et ne voient donc pas en quoi ils peuvent travailler avec le collègue de DNL, surtout si celui/celle-ci est un/e scientifique. C'est l'objet de tels stages de formation, quand ils existent, de leur montrer le rôle qu'ils peuvent jouer (une de mes collègues a renvoyé son ordre de mission en disant : "il doit y avoir une erreur, je n'enseigne pas en DNL"). Sinon, c'est à nous de leur expliquer tout cela... et on retombe sur ce qui est dit par J.M. : il faut avoir en face quelqu'un qui ait la curiosité et l'envie de faire ce petit travail d'adaptation, pour concilier les objectifs que lui assignent les programmes (l'épreuve écrite du bac telle qu'elle se présente aujourd'hui) et une ouverture vers le monde de la DNL.

Certain/es IPR jouent le jeu en expliquant aux collègues de langue qu'enseigner à des élèves de section euro, ne consiste pas à faire la même chose avec de "meilleurs" élèves, mais demande une réflexion sur le travail avec l'enseignant/e de DNL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
caroline.prevot
Langue bien pendue
Langue bien pendue
caroline.prevot

Nombre de messages : 126
Localisation : Canberra
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Jeu 19 Fév 2009 - 16:07

Lever les blocages pour les élèves paraît être un atout majeur pour donner le goût, le plaisir de la langue aux élèves.
Un prof de DNL qui pour moi doit maîtriser la langue un minima (B2 voire C1 dans le classement européen) fera nécessairement des fautes.
Personnellement j'ai un natif irlandais dans mon groupe euro et c'est très agréable de lui demander des petites précisions, voire corrections quand on est en panne.
Vis à vis des élèves j'ai été très modeste dès le début, en insistant sur mon rôle : le contenu prime sur la linguistique qui est affinée par le prof de LV.
Mon irlandais sur le contenu en apprend autant que les autres, ce qui est rassurant.
L'essentiel pour eux est d'acquérir de l'aisance à l'oral (et un peu à l'écrit aussi), de la curiosité pour les sciences en anglais. J'insiste sur la prononciation car les termes de SVT sont souvent proches mais avec une prononciation très différente.
Il y a des jours et des sujets où je me sens moins à l'aise que d'autres.
Je suis d'accord avec ce qui a été dit ici, c'est lourd en temps de préparation (je suis plutôt débordée cette première année) et il faut aimer pour le faire, mais il y a des retours des élèves très intéressants.
Un conseil peut - être : éviter de passer la certification juste pour un quelconque intérêt administratif... Ce doit être une vraie envie pas une lubie.
J'ai entendu parler de collègues qui regrettent et souhaiteraient arrêter après 3 ans de pratique...Dommage pour les élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phys-chim
Langue bien pendue
Langue bien pendue
phys-chim

Nombre de messages : 640
Age : 68
Localisation : (Oullins 69600)
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Jeu 19 Fév 2009 - 18:12

Bonjour Caroline et Vincent

caroline.prevot a écrit:

Un prof de DNL qui pour moi doit maîtriser la langue un minima (B2 voire C1 dans le classement européen) fera nécessairement des fautes.
C'est bien ce qui est "exigible" dans les textes, donc ne faisons pas de surenchère. Même si dans ce domaine (tout comme dans sa matière) on est en formation continuée tout au long de sa vie ... aussi bien dans le "contenu" que dans la didactique.

Vincent a écrit:
Préparer tous ses cours avec le professeur de langue ?!
.... je ne vois pas comment une telle exigence est réalisable.
S'il y a "non-maîtrise" au point d'être ainsi tributaire du linguiste, il faut s'abstenir d'enseigner la DNL.

Je n'adhère pas non plus stricto-sensu à un procédé aussi "lourd" et susceptible d'établir une hierarchie pas forcément souhaitable (à moins de relation personnelle pré-existante entre les deux collègues)
Mais il peut être rassurant d'avoir un "référent" auquel s'adresser pour lever un doute ... ou demander un conseil sur la façon d'aborder telle ou telle difficulté (les collègues de LV ont des pratiques que nous ne connaissons pas forcément comme "jeu de rôle" , "jeu de question-réponse", etc ...)
Si cela peut exister dans le cadre de l'Etablissement, c'est un plus.
Sinon les forums d'échange peuvent jouer un rôle ... mais il faut pour cela à la fois un nombre de collègues (DNL + LV) suffisant et fréquentant régulièrement le site (pour avoir des réponses dans des délais pas trop longs )..... et qu'ils soient participants actifs et souhaitent échanger ...

Et là chacun est devant sa glace, à peser si le temps consacré à ces échanges (avec espoir de renvoi d'ascenseur) est intéressant ou pas au regard d'une galère personnelle ... . Il faut reconnaitre qu'on trouve plus souvent des "consommateurs" que des participants actifs, les raisons étant fort diverses.
Donc il faut aussi un nombre minimum de "cadres" (comme on dit au foot) pour assurer une vie minimale au forum .. qui sinon meurt de léthargie. Avec le risque si leur nombre est aussi trop restreint que le "croisement des avis" atteigne assez rapidement ses limites, chacun apporte le meilleur de ce qu'il peut .... mais nul ne peut apporter plus que ce qu'il a Mr. Green

On offre un cadre d'échanges .... répond t-il à un réel besoin ?, les participants s'en emparent-ils pour le faire évoluer et le diversifier ? Là est toute la question.

Citation :

Il y a des jours et des sujets où je me sens moins à l'aise que d'autres.
Je suis d'accord avec ce qui a été dit ici, c'est lourd en temps de préparation (je suis plutôt débordée cette première année) et il faut aimer pour le faire, mais il y a des retours des élèves très intéressants.

Comme je crois cela peut se trouver tout au long de notre carrière.
Après un certain temps de pratique, on dispose d'une expérience, d'un bagage qui permet d'éviter les situations inconfortables ou de trouver des dérivatifs.
C'est la période de mise en route :
- une première année où on rame vraiment

- une deuxième où on corrige le tir pour les "défauts" recensés l'année précédente (quitte à virer des séquences qui se sont avérées non pertinentes ... même si on y avait consacré du temps affraid et qu'il faut reconstruire autre chose Rolling Eyes ). Et ce qui n'arrange rien ... cela peut coïncider avec un démarrage sur un autre niveau ... donc cumul de travail !
(je passe sous silence si on a aussi simultanément des changements de programme dans sa propre matière )

- puis les années suivantes où on a un fond de séquences assez bien maîtrisées ... avec le risque alors de s'encrouter en resservant le même "menu" chaque année. J'ai toujours tenu à coller à l'actualité scientifique, donc à renouveler en partie mes séquences. On gagne en intérêt des élèves ... ce qu'on peut appréhender de se remettre soi-même sur le grill en se lançant dans un nouveau sujet


Dernière édition par phys-chim le Jeu 5 Mar 2009 - 2:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phys-chim
Langue bien pendue
Langue bien pendue
phys-chim

Nombre de messages : 640
Age : 68
Localisation : (Oullins 69600)
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Ven 20 Fév 2009 - 18:54

Citation :
Un conseil peut - être : éviter de passer la certification juste pour un quelconque intérêt administratif... Ce doit être une vraie envie pas une lubie.
J'ai entendu parler de collègues qui regrettent et souhaiteraient arrêter après 3 ans de pratique...Dommage pour les élèves.

Là encore ... je crois que c'est quand même un challenge que s'imposent les nouveaux collègues. Et il faudrait "analyser" les raisons de ces "lassitudes".
J'y vois quand même la réaction à une "non-reconnaissance" institutionnelle.
Pas d'aide au démarrage (j'évoquais l'idée d'une heure de décharge pour démarrer chaque niveau vu la spécificité et le cumul avec sa propre matière).

On n'a pour l'instant guère d'espoir de voir la possibilité de bénéficier d'une certaine "prime à la DNL" se concrétiser.

- que ce soit sous la forme d'un complément de rémunération (la circulaire donnant la possibilité de bénéficier des dispositions pour "l'enseignement de deux matières" a été soigneusement calibrée .... pour que nous en soyons exclus Evil or Very Mad , même avec 6 heures d'enseignement de DNL cumulés sur trois niveaux différents)
- où sous la forme d'une bonification permettant de "grimper" plus vite dans les échelons de rémunération. (peut-être certains inspecteurs à titre individuel le font ... mais cela reste du domaine du "petit avantage concédé entre amis" et pas un droit existant dans toutes les matières/toutes les académies).

Certes on peut fonctionner à la satisfaction d'enseigner la DNL et de bénéficier du "retour" des élèves ... mais finalement AMHA, c'est un peu court et pas si gratifiant que cela, de rentrer dans le scénario du "sacerdoce" lol!.
Les infirmières connaissent bien aussi les discours -avec de la guimauve plein la bouche- des directeurs d'hôpitaux et des ministres, sur la beauté de leur métier, mais ne voient guère venir les postes supplémentaires ou les augmentations de salaire Evil or Very Mad

Mais évidemment il est difficile de se faire entendre, avec notre parpillement géographique et multi-matières ...
Et le forum reste pour l'instant plus le moyen d'exprimer ses satisfactions ou insatisfactions (même si c'est déjà un premier pas) que celui d'un espace véritablement collaboratif, tant du point de vue de la didactique, que de celui de faire avancer l'idée d'un statut du prof de DNL. Basketball

Donc ... il y a utilité concrète de continuer à inciter des collègues à venir faire un tour ici, et à participer activement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurianne
Bavard


Nombre de messages : 32
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Lun 2 Mar 2009 - 2:08

Donc pas de reconnaissance financière pour notre travail supplémentaire alors que ceux qui bossent l'agreg et sont bi-admissible ont un bonus... Mouais, c'est tordu de la part du ministère comme système.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phys-chim
Langue bien pendue
Langue bien pendue
phys-chim

Nombre de messages : 640
Age : 68
Localisation : (Oullins 69600)
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Jeu 5 Mar 2009 - 2:25

Le dispositif relatif à la bi-admissibilité, n'est pas vraiment en relation avec notre situation.
Par contre début 2007, il y avait eu un petit espoir, lorsqu'un décret était paru concernant la rémunération des enseignants qui acceptaient d'enseigner une deuxième matière. (ce que nous estimons être le cas)
On en avait parlé là :

http://section-euro.forumactif.com/generalites-sur-les-dnl-dans-les-sections-euros-f12/les-nouveaux-decrets-et-la-remuneration-t93.htm

Certains avaient fait la demande d'en bénéficier et se sont vus "rembarrer".
Mais comme toute "interprétation" des textes, c'est au niveau ministériel qu'on peut obtenir une "note administrative précisant les critères" qui serait adressée aux rectorats et nous incluerait dans le dispositif.
Mais sans démarche collective ... sous quelque forme qu'on puisse l'envisager ... peu de chance qu'un ministre se soucie de notre cas et des difficultés de porter la DNL à bout de bras, et encore moins de chance qu'un rectorat ne prenne l'initiative.
L'autre "aide" qu"on pourrait demander, c'est une décharge d'une heure lorsqu'on démarre un nouveau niveau de DNL (donc relatif aux trois premières années de la section euro où il faut démarrer en enchainant la construction du cours sur les trois niveaux)
Ce dont je parle dans les longs posts précédents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nautica
Bavard


Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Jeu 5 Mar 2009 - 17:01

phys-chim a écrit:
L'autre "aide" qu"on pourrait demander, c'est une décharge d'une heure lorsqu'on démarre un nouveau niveau de DNL (donc relatif aux trois premières années de la section euro où il faut démarrer en enchainant la construction du cours sur les trois niveaux)
Ce dont je parle dans les longs posts précédents.

ça m'arrangerait très franchement, moi qui débute en section bilingue avec 4 niveaux que je ne connais même pas en langue française!!
4 heures en moins, ça m'enlèverait la classe non bilingue + l'heure supp dont personne ne voulait. Et pas mal de problèmes de "maintien de l'ordre"...

Mais, hélas....

Et en plus, les programmes vont changer à partir de l'an prochain. Donc tous les ans, un niveau à refaire.

Une petite aide institutionnelle ne serait pas de refus. L'IPR est certes sympa, mais c'est pas lui qui va faire mes cours à ma place.
D'ailleurs, je me demande: un IPR ne peut pas, de sa propre initiative, nous donner de décharge, Non? si?
Parce que si c'est le cas, je la demande!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurianne
Bavard


Nombre de messages : 32
Localisation : Lille
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Mer 18 Mar 2009 - 2:08

Le moment étant propice à la mobilisation, il n'y aurait pas moyen de faire des pétitions à transmettre sur le net, aux inspecteurs qui souhaitent soutenir ce travail voire aux syndicats ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin2
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
Admin2

Nombre de messages : 609
Age : 68
Date d'inscription : 02/03/2007

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Mer 18 Mar 2009 - 3:21

Laurianne a écrit:
Le moment étant propice à la mobilisation, il n'y aurait pas moyen de faire des pétitions à transmettre sur le net, aux inspecteurs qui souhaitent soutenir ce travail voire aux syndicats ?

Si des personnes motivées ... et ayant le sens des responsabilités souhaitent s'investir dans cette voie, le forum peut servir à entrer en relation et échanger sur la forme que peut prendre une sorte de "cahier de doléances", sur son contenu et sur qui se sentirai(en)t l'âme d'être porte-parole.
S'il y a une demande dans ce sens (sérieuse et professionnelle s'entend ...) je peux créer une partie spéciale sur le sujet.

Il va de soi que la modération sera attentive au ton et à la qualité des débats si une telle demande s'exprimait et si un tel espace était ouvert. C'est un forum d'échange entre professionnels.
Charge aussi aux personnes impliquées de s'adresser à leur syndicat au moins pour avoir leur avis et leur souhait - ou pas - de relayer ce type de demande.

_________________
A votre service pour un forum le plus agréable possible
N'oubliez pas : CLIL Content and Language Integrated Learning
exit DNL : nous enseignons la LV en plus de notre matière
Administrateur2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phys-chim
Langue bien pendue
Langue bien pendue
phys-chim

Nombre de messages : 640
Age : 68
Localisation : (Oullins 69600)
Date d'inscription : 31/05/2006

MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   Mer 18 Mar 2009 - 14:54

Je disais dans un message plus haut dans ce FIL :

Citation :
Elaborer une sorte de "cahier de doléances" visant à recenser ce qui pourrait améliorer cela, pourrait permettre de relayer cette demande (et d'autres)
Ainsi il avait été évoqué lors de discussions informelles, la demande d'équivalent d'une heure de décharge pour la 1ère année où on aborde un niveau.
Petit effort institutionnel demandé, en contrepartie d'une bonne publicité que se font les Etablissements en utilisant la section euro comme "carte de visite" auprès de la clientèle, et aussi le Ministère pour se faire "mousser".

Bien sûr le recensement de demandes est une chose, le présenter aux décideurs est une autre étape ... aussi bien auprès d'un Chef d'Etablissement qu'en tant que demande collective auprès du MEN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le statut sociolinguistique du professeur de DNL   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le statut sociolinguistique du professeur de DNL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Statut particulier du professeur
» Statut des Personnels de Laboratoire
» Emploi d'avenir professeur : rôle du tuteur ?
» Statut handicapé et reconversion
» Aide au logement professeur stagiaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sections Européennes en France :: Informations générales :: Généralités sur les CLIL dans les sections euros-
Sauter vers: